Cicéron
 
 
 

action
Ce que les hommes font, est de plus en plus inattaquable. Ce qu'ils pensent et ce qu'ils sentent est de plus en plus morbide. Mécanique des gestes, mécanique des cœurs. La synthèse : le vivant plaqué sur du mécanique (l'analyse de Bergson voyait le contraire). Et c'est précisément ce caractère mécanique qui accorde les actes et les pensées et qui est à l'origine du fléau de ce siècle - le pullulement des consciences tranquilles. « Votre esprit est emprisonné dans votre bonne conscience »*** - Nietzsche - « Ihr Geist ist eingefangen in ihr gutes Gewissen ». La recta ratio et la recta conscientia vont rarement de pair, quoiqu'en pense Cicéron.
angoisse,cœur,commencement,hommes,honte,idée,raison,robot,sentiment

alain
Qui est libre est désarmé.
action
Notre matière est double, elle est faite de ce qui est digne d'être sacrifié et de ce qui appelle notre fidélité ; être libre, c'est n'offrir aux regards envahissants des autres que la première composante et cacher, jalousement, la seconde, pour ne pas être contraint de se chamailler pour elle, c'est à dire de devenir esclave, piétaille hérissée. Toutefois, le premier emploi des armes n'est pas dans le fonctionnel, mais dans le rituel (« les armes - après la toge » - Cicéron - « cedant arma togae »). Des ruses des métaphores, d'impeccables relèves, d'élégantes parades - tant de raisons d'exhiber une martialité de mascarade. La vraie, il faut la réserver à soi-même : « Il faut entrer en soi-même armé jusqu'aux dents » - Valéry. Malheureusement, les sots, eux aussi, y croient : « La bêtise armée est le pire des maux » - Euripide. La neutralité armée (Kierkegaard) serait-elle le juste-milieu ?
contrainte,esprit,goût,hommes,liberté,matière,métaphore,regard,sacrifice,souffrance

amour
Aimer charnellement le corps et spirituellement l'esprit - est banal et improductif ; il faudrait aimer charnellement l'esprit et spirituellement le corps, ce qui élève et l'esprit et le corps. Surtout si l'on croit, que « entre le pénis et les mathématiques, il n'existe rien ! C'est le vide !  » - Céline. Alterner les hauts et les bas : « Tu es ardent dans le glacial, glacial dans l'ardent » - Cicéron - « In re frigidissima cales, in ferventissima friges ». Entre deux éléments, l'eau et le feu, il faut choisir : « L'esprit n'est pas un récipient à remplir, mais un feu à entretenir »* - Plutarque.
caresse,cœur,éléments,esprit,vide

amour
Des nectars ou élixirs, accompagnés d'amuse-gueule, telle devrait être la seule nourriture de l'amour ; dès que, de gourmand il devient gourmet, il revit une santé et ne s'aperçoit même pas de la mort du vertige ; cette mort est la perte du goût. Dès que la langue de l'amour s'intéresse de trop près au goût des aliments, ceux-ci deviennent insipides. Les yeux et les oreilles sont les meilleures gardes du palais de l'amour. « La faim assaisonne le mets » - Cicéron - « Cibi condimentum fames est ».
enfance,goût,jeu,mort,ouïe,platitude,regard,soif

cicéron
Mihi neutiquam cor consentit, cum oculorum aspectu.

Mon cœur n'est pas toujours d'accord avec mon regard.
amour
Le moi a trois sources : le cerveau, l'âme et le cœur, qui produisent la raison, le regard et l'amour. Et il est rare qu'ils jaillissent à une même altitude, et qu'à leur confluence ils ne gardent qu'un seul nom.
âme,cœur,hauteur,raison,regard,soi

art
Le fragment comme genre est précieux comme une promesse de métamorphose. Ne pas s'appuyer sur la page précédente ; que chaque ligne ne compte que sur elle-même ! La pensée discursive, en continu, traduit le culte de l'habitude, de l'étendue. « Il n'appartient qu'au génie de détacher sa pensée de l'habitude »* - Cicéron - « Magni autem est ingenii abducere cognitionem a consuetudine ».
continuité,discursif,esprit,filtre,idée,maxime

art
Nous voyons avec nos oreilles ce que Beethoven entendait avec ses yeux. Avoir un regard veut dire remplir les yeux de musique. « J'entendrai des regards, que vous croirez muets » - Racine. L'émotion est le dénominateur commun de nos sens. Quand on maîtrise le transfert des numérateurs. Comme Homère : « Ce que lui-même ne voyait pas, il nous le fit voir » - Cicéron - « Que ipse non viderit, nos ut videremus, effecerit ».
maîtrise,ouïe,regard,sentiment

de vinci l.
La Pittura è una Poesia muta e la Poesia une Pittura cieca.

La Peinture est une Poésie muette et la Poésie une Peinture aveugle.
art
L'art est musique et regard, et non pas mutisme ou cécité. « Si la poésie est une peinture qui parle, la peinture est une poésie muette » - Cicéron - « Si poema loquens pictura est, pictura tacitum poema debet esse ». La poésie, c'est la peinture qui, en se détachant du bruit d'atelier et du silence de musée, se mettrait à parler en musique (« la poésie est comme la peinture » - Horace - « ut pictura poesis »). Et quand elle est complétée par une philosophie, la hauteur de sa musique s'anime de l'intensité du regard.
mot,musique,philosophie,poésie,regard

bien
Le Bien, ce ne sont pas de petites étincelles, aisément éteintes par de fausses opinions (Cicéron), mais une lumière inextinguible, que n'obstruent que les actions, projetant des ombres d'opinions, infidèles et vraies.
action,doute,ombre,vérité

bien
L'un des signes particuliers de notre époque est la disparition de la honte des firmaments humains. La platitude du bon droit ne permet pas d'élever le cœur et de voir que « il est honteux que nous soyons sans honte » - Abélard - « Impudenter sine pudore sumus ». En refusant d'avaler quelques doses prophylactiques de honte, j'attrape une morgue contagieuse. « Ne rougir de rien - la pire des choses »** - Cicéron - « Perditissima ratio est, pudorem fugere » - rougir de rien serait une précaution raisonnable.
cœur,honte,ironie,platitude

démocrite
Tu supportes des injustices ; console-toi, le vrai malheur est d'en faire.
bien
« Il vaut mieux subir une injustice que la commettre » - Cicéron - « Accipere quam facere praestat iniuriam ». Aujourd'hui, on ordonne une justice qu'on a désappris à émettre, et l'on l'applique, uniquement de peur de verser de trop lourdes indemnités aux victimes.
audace,bonheur,consolation,justice,robot

cité
Je suis esclave de la loi (« nous sommes esclaves de la loi, afin d'être libres » - Cicéron - « legum servi sumus ut liberi esse possimus ») - je deviens robot ; je suis la loi des esclaves (« tu n'es plus esclave, mais fils de la loi » - St Paul) - je reste mouton. Où l'universel peut-il rencontrer l'existentiel, sans tourner au troupeau ou à la machine ? - dans un souterrain, où j'installe mes ruines souveraines.
être,hommes,justice,liberté,mouton,robot,ruines,universel

cité
Les nazis admiraient Sylla, les staliniens – Spartacus, mais en matière d'éloquence ils cherchèrent à imiter – en vain - Cicéron.
allemagne,esprit,liberté,russie

cicéron
Nihil est tam sanctum, quod non violari : nihil tam munitum, quod non expugnari pecunia possit.

Rien d'assez sacré, qui ne se laisse profaner par l'argent ; rien d'assez fort, qui résiste à sa poigne.
cité
Et, aujourd'hui, rien d'assez haut que l'argent ne terrasse. Par exemple, dans une démocratie, on est d'autant plus libre qu'on est plus riche, et l'on est d'autant plus riche qu'on est plus fort. Meilleur on est, et plus on est libre - ce constat cynique est, hélas, juste.
argent,force,hauteur,liberté,sacré

doute
Dans les crépuscules, le créateur sent l'approche du premier souffle, l'habitué de la clarté du jour les trouve irrespirables. Rarement le premier élan jaillit d'une source limpide. La source obscure, c'est l'imagination, l'ami certain de l'incertitude (« amicus certus in re incerta » - Cicéron).
commencement,création,élan,esprit,goût,intensité

doute
Le philosophe est artisan des réinterprétations ; toute pensée, absurde dans l'interprétation courante, admettrait un sens intéressant, moyennant réinvention de modèles ou de langages. « Je ne sais comment il ne se peut rien dire de si absurde, qui n'ait été avancé par quelque philosophe » - Cicéron - « Nescio quo modo nihil tam absurde dici potest quod non dicatur ab aliquo philosophorum ». Le grain est absurde ; est sensé l'arbre, qui en naît. De même, le jugement (défini par Kant comme représentation de la représentation - Darstellung der Darstellung), comparé au regard.
absurde,arbre,interprétation,ironie,langue,philosophie,regard,représentation

cicéron
Errare mehercule malo cum Platone, quam cum istis vera sentire.

Ma foi, il vaut mieux se tromper avec Platon qu'avoir raison avec ces hommes.
doute
D'autres, plus naïfs et méprisants, préfèrent rester avec la vérité austère et désincarnée qu'avec l'amitié vivante et joyeuse de Platon.
élite,erreur,haine,hommes,simplicité,vérité,vie

st augustin
Errare humanum est, sed in errore perseverare diabolicum.

Se tromper est humain, persister dans l'erreur est diabolique.
doute
« Tout homme peut tomber dans l'erreur, mais il n'y a que l'insensé, qui y persévère » - Cicéron - « Cujusvis hominis est errare ; nullus autem, misi insipientis, in errore perseverare » - non, diabolique, ou plutôt asinique, est ta persistance dans une vérité fixe, si tu ne trouves pas un nouveau langage, qui la rendrait caduque ou bancale : « L'œuvre une fois accomplie, retire-t'en » - Lao Tseu.
erreur,folie,mal,mot,vérité

hommes
Aujourd'hui, pour abattre une idole, ils s'en prennent à ses pieds, un croc-en-jambe étant un outil admis de déboulonnage. Jadis, il fallait viser plus haut - la bouche (Socrate ou Lucrèce), la main (Cléopâtre), la poitrine (Cicéron ou Caton), le poignet (Sénèque ou Pétrone), le cou (Boèce) - et le tranchant métaphorique de l'outil était moins conventionnel : la cigüe, le serpent, le glaive, le poignard, le garrot.
métaphore,mort

cicéron
Suum cuique.

À chacun son dû.
hommes
Pour Shakespeare, il s'agit du fouet ('who should 'scape whipping') ; pour Frédéric le Grand ou Pouchkine, c'est la devise de leurs patries ; pour Himmler - celle des camps ; pour le boutiquier - celle du monde raisonnable. Condamné à profaner ce qui m'est dû, je dois en limiter le mésusage, en ne m'en souhaitant qu'un minimum vital (car 'abusus optimi pessimus').
auteur,élite,gloire,grandeur,justice,platitude,raison,russie,vie

intelligence
Comment oublie-t-on ? - mystère. Aucun acte de volonté, comparable à l'effacement d'une mémoire d'ordinateur ; la mémoire échappe à tout acte. On a beau se dire, que « tout acte exige l'oubli » - Nietzsche - « zu allem Handeln gehört Vergessen » - la représentation passive domine l'interprétation active. Ars oblivionis, l'art de l'oubli, de Cicéron à U.Eco, n'a rien à opposer à ars memoriae, à l'art de la mémoire, de Lulle à G.Bruno, et culminant avec l'ordinateur.
action,intensité,interprétation,mémoire,mystère,représentation,robot

intelligence
Les jugements ont deux dimensions – l'horizontale (à laquelle s'accroche la profondeur) et la verticale (tournée vers la hauteur). La première s'appuie sur nos connaissances responsables, et la seconde est dictée par notre goût irresponsable. La première facette est vite épuisée, devenant consensuelle, transparente et insipide. Seule la seconde permet de faire entendre l'appel de notre soi inconnu, ce juge infaillible et inépuisable. Ceux qui perdirent tout contact avec celui-ci, marmonnent, doctes et bêtes : « Rien de plus honteux que d'afficher des affirmations avant les connaissances » - Cicéron - « Nihil turpius quam cognitioni assertionem praecurrere ».
goût,hauteur,honte,inconnu,savoir,soi

ironie
L'un des rôles de la philosophie est d'endormir, de bercer les consciences, pour qu'elles rêvent au lieu de calculer. Être guérisseur (Platon), thérapeute (« La philosophie est le remède de la douleur » - Cicéron - « Doloris medicina est philosophia »), chirurgien (Épicure, dont la philosophie promet « la santé de l'âme ») ou assureur (« primum non docere ») est également charlatanesque, le mal de vivre - et de penser - étant incurable, surtout chez les inimitables, qui ne peuvent pas profiter de la règle moutonnière - similia similibus curantur. « La consolation philosophique d'un Boèce installe en l'homme non pas tant la joie que l'anesthésie et la résignation »** - Jankelevitch - la résignation durable nous console mieux que la joie furtive.
acquiescement,âme,angoisse,consolation,mouton,philosophie,raison,rêve,souffrance

ironie
Peut-on être, en même temps, immunisé contre le pessimisme et allergique au désespoir, être optimiste à l'occasion et rejeter l'espérance inodore ? L'espérance est affaire des poumons : désespérer en respirant, espérer en soupirant - à l'inverse de Cicéron : « tant que je respire j'espère » - « Dum spiro, spero » et d'Anselme : « désespérer en soupirant, respirer en espérant »*** - « desperem suspirando, respirem sperando ».
enthousiasme,espérance,négation,souffrance

cicéron
Bis pomis utilis arbor.

L'arbre est deux fois plus utile que ses fruits.
ironie
Car il entretient les appétits aussi bien des yeux que des cerveaux et des âmes. Ce que j'appelle arbre maîtrise les racines, embrasse les cimes, produit les ombres. « Je vois mon arbre réparer ses branches »*** - Emerson - « I see my trees repair their boughs ».
âme,arbre,ombre,raison,regard,utilité

cicéron
Ironia, genus est perelegans et cum gravitate salsum.

L'ironie est un style de la plus haute élégance, grave dans le plaisant.
ironie
Grave dans le grave - chemin sûr vers l'ennui ; léger sur le léger - vers la sottise ; plaisant sur le grave - l'autre face, moins ombrageuse, de l'ironie.
ennui,intelligence,ombre,style

schopenhauer a.
Versteckt nun aber der Scherz sich hinter dem Ernst, so entsteht die Ironie.

L'ironie naît, lorsque le plaisant se cache derrière le grave.
ironie
Volé chez Cicéron. L'ironie n'est qu'une forme, pour accéder au contenu, dont on ignore les chemins d'approche droits et en dessine des obliques.
chemin,style

mot
Religion viendrait de relier ou rassembler (religare ou religere, bien que Cicéron penche plutôt pour relegere - relire), et temple - de séparer ; con-templation serait un moyen d'éviter ces rassemblements (églises).
mouton,religion

noblesse
Dans le ciel, n'y a pas de routes, et il n'y a pas de routes qui mènent au ciel ; de ma vie je dois faire un ciel, même si elle se présente elle-même comme une route (pour laquelle je prends mes impasses) : « La vie est un chemin vers le ciel » - Cicéron - « Vita via est in caelum ».
auteur,chemin,étoile,paradoxe,vie

noblesse
L'âme de la meilleure culture consiste en culture de l'âme. Le seul cultivateur, aujourd'hui, c'est le cerveau, dont les manipulations transgéniques rendirent l'âme robuste, résistante, onctueuse et sans goût. Sans aucun intérêt pour la philosophie, cette vraie culture de l'âme (Cicéron).
âme,culture,philosophie,raison

noblesse
Il n'y a plus de chemins secrets, menant vers des trésors ou des illuminations ; je ne dois compter que sur mon étoile, que je suivrai, les yeux fermés, du fond de mes ruines. Ne crois pas trop les prétentieux : « Heureux qui va par une route inconnue à la sagesse humaine, et sans toucher de pied à terre » - Fénelon - la sagesse est une affaire terrestre, accessible même aux misérables, qui s'attroupent sur des sentiers battus, sans toucher de regard au ciel. Le sage est celui qui a la plus vaste collection de plaies, mais qui les lèche mieux que les autres. « Parmi les sages, pas un qui ne soit heureux » - Cicéron - « Neque sapientum non beatus ».
auteur,bonheur,chemin,éléments,étoile,philosophie,regard,ruines,souffrance

sénèque
Non scholae, sed vitae discimus.

Ce n'est pas pour l'école, mais pour la vie, que nous étudions.
noblesse
Puisque la vie nous pourvoit de prébendes, l'école étant surtout le lieu des châtiments. Dommage ! Je suis à l'école, lorsque je me sens digne d'un fouet ; je suis aspiré par la vie, lorsque je me sens grandi et libre. « Qui touche au plus profond, s'attache au plus vivant » - Hölderlin - « Wer das tiefste gedacht, liebt das lebendigste ». Plus ma pensée est haute, plus facilement je quitte la vie terrienne pour l'art aérien. Cicéron tombe dans le même travers : « La philosophie : non l'art des mots, mais celui de la vie » - « Philosophia : non verborum ars, sed vitae » - la vie est pleine de bruits ; la philosophie, par son amplitude, entre le haut regard et l'intelligence profonde, en dégage la musique. En dehors de nos pulsions, qu'est-ce qui se rapproche le plus de la vie ? - l'art des mots !
art,auteur,création,école,élan,éléments,grandeur,hauteur,honte,liberté,…

proximité
Les stades - superstitieux, métaphysique, littéraire - du sentiment religieux : se pencher sur l'intemporel, l'inétendu, l'innommé. Reconnaître, avec regret ou enthousiasme, que c'est sur le Verbe que se referme tout pèlerinage, c'est en son nom qu'on vénère l'innommable. « On n'abolit pas la religion en abolissant la superstition » - Cicéron - « Nec vero superstitione tollenda religio tollitur » - mais on en consolide le verbe.
art,enthousiasme,exil,inconnu,intensité,mot,religion,sentiment

proximité
Dès qu'on cherche à définir l'infini, l'intuition humaine change de nature et tend vers le divin. Dans le fini, tout est humain et même mécanique. « Tout ce qui finit est trop court » - Cicéron - « Nihil diuturnum est, in quo est aliquid extremum ». Arrête-toi donc à l'avant-dernier pas. Pour appuyer l'ampleur du pas premier, dis-toi, que tout ce qui commence est trop long.
commencement,continuité,dieu,inconnu,robot

solitude
Il y a du calcul, dans mon acharnement à ne pas quitter mes ruines, elles sont la meilleure antichambre de la mort, meilleure que l'auberge de Cicéron : « Je quitte la vie, comme si je quittais une auberge, et non pas ma demeure » - « Ex vita ita discedo tamquam ex hospitio, non tamquam e domo » ou de Sénèque : « ce corps n'est point un domicile fixe, mais une auberge » - « nec domum esse hoc corpus, sed hospitium ». Et j'y loge l'esprit et non pas le corps. N'a-t-on pas dit : « la vie, qui se maintient dans la mort, est la vie de l'esprit »*** - Hegel - « das Leben, das sich im Tode erhält, ist das Leben des Geistes » !
auteur,caresse,esprit,exil,mort,raison,ruines,vie

solitude
Celui qui croit se connaître ne quitte pas la compagnie de son soi ; avec sa méconnaissance on devient maître de la solitude. « Ma compétence - la solitude et la retraite » - Cicéron - « Mihi, solitudo et recessus provincia est ».
maîtrise,soi

solitude
La honte ayant déserté cette société de repus auto-satisfaits, on ne peut plus l'éprouver qu'en solitude. Au point qu'on finit par presque adhérer à cette turpitude cicéronenne : « Ce qui a l'approbation de la foule est honteux » - « Turpe est quum a multititudine laudetur ».
honte,mouton

cicéron
Numquam se minus solum quam cum solus esset.

Je ne suis jamais moins seul que dans la solitude.
solitude
J'ai appris à parler à moi-même, une fois que j'ai appris à me taire dans la foule (leçon, donnée par Caton et Scipion l'Africain, et bien apprise par Byron). Tant de fantômes, venus du passé des autres et de ma propre enfance, seront mes interlocuteurs. La solitude ouvre à la dimension verticale, dans laquelle se logent tant d'images, d'élans et de mélodies, qui feront vibrer en moi ce qui restait muet, dans la multitude.
élan,enfance,hauteur,mot,mouton,musique,soi,temps

byron g.
In solitude, where we are least alone…

Jamais moins seul que dans la solitude…
solitude
Entouré des hommes, on se sent abandonné du ciel. Être seul, c'est être sans les oreilles d'autrui. La solitude, c'est l'absence d'yeux. On se voit sans yeux, on ne s'entend pas sans oreilles. Cicéron (« numquam se minus solum… »), Scipion… Volé chez Caton.
étoile,hommes,ouïe,regard

souffrance
La philosophie est possible parce que l'angoisse ou la sérénité, chez la même personne, ont besoin d'embellissement, et l'intelligence leur propose des ressources comparables. C'est dans l'âme que se trouve le meilleur sismographe : « La philosophie est la culture de l'âme » - Cicéron - « Cultura animi philosophia est », que Heidegger voulut profaner avec son souci de l'être.
âme,angoisse,beauté,culture,être,intelligence,nécessité,philosophie,sentiment

souffrance
Plus je rougis de honte, plus ma plume verdoie (pour désavouer Cicéron : « le papier ne rougit guère » - « charta non erubescit »). Plus j'ai de bleus au cœur, moins de blancs restent sur ma page. Plus je me grise de moi-même, moins je suis touché par la grisaille des autres.
art,auteur,cœur,goût,honte,intensité,platitude,soi

souffrance
Lycurgue, Empédocle et Socrate, Lucrèce, Sénèque et Cicéron, Chamfort et Kleist, Tchaïkovsky et Maïakovsky, Hemingway et S.Zweig, Tsvétaeva et S.Weil, Pavese et Celan - j'ai beau tourner et retourner cette liste de suicides, je n'y décèle aucune lignée héritable. Le pathos du pas dernier ne traduit rien des avant-derniers.
intensité,mort

cicéron
Patria est ubicumque est bene.

Où l'on est bien, là est la patrie.
souffrance
Et c'est quand on y sera mal qu'on comprendra, qu'on s'était trompé (avec Aristophane ou tel Milton : « our country is where ever we are well off » ou, mieux, Fénelon : « La patrie d'un cochon se trouve partout, où il y a du gland »). La patrie est le pays, qui veut partager ta souffrance, autant dire, que le solitaire est toujours un exilé. Ou Robinson ou un bon dramaturge : « Ubi pater sum, ibi patria » - Nietzsche. Ou un bon interprète : « La patrie n'est pas là où tu habites, mais là où tu es compris » - Morgenstern - « Nicht da ist man daheim wo man seinen Wohnsitz hat, sondern wo man verstanden wird ». Ou un bon spectateur : « où je comprends et suis compris » - Jaspers - « wo ich verstehe und verstanden werde ». Ou un bon sculpteur : « Où je me crée, là est ma patrie »** - Valéry. Ou un bon philosophe : « On est bien, là où l'on n'est pas » - proverbe russe - « Там хорошо, где нас нет ». Ou un ange, enfant du ciel, la patrie de ta voix et l'exil de ta voie.
ange,chemin,création,égalité,erreur,être,exil,hommes,interprétation,platitude,…

boèce
In omni adversitate fortunæ, infelicissimum genus est infortunii fuisse felicem.

Dans tout malheur, avoir été heureux est le pire des malheurs.
souffrance
« Il n'est pas de douleur plus grande, que de se souvenir des jours de bonheur dans la misère » - Dante - « Nessun maggior dolore che ricordarsi dei tempi felici nella miseria ». Inversement, « le souvenir des douleurs passées a du charme, quand on est à l'abri » - Cicéron - « habet praeteriti doloris secura recordatio delectationem ». L'abri le plus sûr, nous protégeant contre l'écroulement du meilleur, a pour nom - ruines. Comme le sous-sol, en tant qu'habitacle, aide beaucoup à la préservation de la hauteur.
bonheur,exil,humanisme,mémoire,misère,négation,ruines

pouchkine a.
Я жить хочу, чтоб мыслить и страдать.

J'aspire à la vie pour penser et souffrir.
souffrance
« Souffrir et penser sont liés d'une manière secrète » - Blanchot - et ce secret n'est grand que si la souffrance ou la pensée le sont. Souffrir, c'est découvrir en soi des raisons plus fortes que la pensée. La réciproque serait aussi juste : « Plus ta pensée sera profonde, plus haute sera ta souffrance »** - Confucius. Le moi inconnu souffre, le moi connu pense : « Vivre, c'est penser » - Cicéron - « Vivere est cogitare » - disent ceux qui se contentent du connu.
élan,étonnement,hauteur,idée,mouton,raison,soi,vie

cicéron
Perspicuitas argumentatione elevatur.

L'évidence faiblit, si on la prouve.
vérité
Elle devient vérité, entité passagère dans le temps, immobile en espace. L'intelligence, c'est la flèche qui vole dans le temps et reste immobile dans l'espace. La bêtise, c'est l'inverse. Toute vérité fixe est de l'ordre des bêtises.
action,esprit,flèche,intelligence
Cicéron