Musil R.
 
 
 

action
L'idéal, par définition, est ce qui ne peut pas devenir réel ; parler de sa réalisation est un oxymore. « L'idéal a l'étrange propriété de tourner vers son contraire dès qu'on le réalise » - Musil - « Ideale haben die merkwürdige Eigenschaft, in ihr Gegenteil umzuschlagen, sobald man sie verwirklicht » - au bout de cette réalisation - une déception et non pas un renversement d'idéaux. Ou bien c'est la banale impossibilité de comparer l'idéal avec ses ombres réelles. Il faut maîtriser un méta-idéal : un langage de défense de tout idéal contre le prurit des actes commis en son nom.
idée,mot,négation,réalité

musil r.
Unser Zeitalter will nicht mehr Gedanken, sondern nur noch Taten sehen.

Notre époque ne veut plus voir des pensées ; des actes lui suffisent.
action
Tu es injuste : seules des pensées détachées des actes subissent cet ostracisme, mais elle sont au nombre insignifiant. Il ne restent presque plus d'idées non-entachées par la tentation de l'acte ; à la profanation des vocabulaires succéda celle des pensées.
idée,modernité

amour
« On aime seulement des qualités et jamais la personne » - si Pascal a globalement tort (aimer, c'est être attiré par la personne, par l'être, sans y être conduit par ses qualités), il y a, tout de même, une seule qualité, sans laquelle, en effet, toute personne s'effondre, c'est son regard. Cependant, à quel regard on atteint, quand on réussit à devenir, un court instant, homme sans qualités ! « Le regard n'est plus réducteur, mais fondateur de l'individu »*** - Foucault - début du nihilisme et du rêve : « On serait tenté d'appeler l'homme sans qualités - nihiliste, celui qui rêve des rêves de Dieu »*** - Musil - « Man mochte den Mann ohne Eigenschaften einen Nihilisten nennen, der von Gottes Träumen träumt ».
défaite,élite,fanatisme,nihilisme,regard,rêve,voix

amour
Aux amoureux, il vaut mieux être deux arbres à part, aux branches chargées d'inconnues, et vivre la naissance fusionnelle d'une mélodie unifiée, harmonisée. Et garder, chacun, sa solitude, dans un élan vers la même cime : « dans une fuite, où être deux ne signifie que double solitude » - Musil - « eine Flucht, auf der das Zuzweiensein nur eine verdoppelte Einsamkeit bedeutet ».
arbre,beauté,élan,musique,solitude

art
Le goût de la perfection est un état d’esprit impossible, seule la réalité étant parfaite. Cioran, bêtement, le voyait chez Valéry, en y reconnaissant même un désastre (mais pourquoi ne salues-tu pas le désastre, que les vaincus inscrivent dans leurs bréviaires ?). Dans l’art, ce qui est le proche de la perfection du réel, c’est la musique. Et effectivement, tout goût, indifférent à la musique, mène au journalisme, au présentisme, à la routine. Que la perfection, c'est la réalité, fut connu et de Spinoza (« perfectio est gradus realitatis »), et de Nietzsche (« die Welt ist vollkommen ») et des sages orientaux de l'immanence (le bon chrétien, lui, place la perfection dans la transcendance, que Nietzsche appelle surhomme). Et la nature parfaite d'Aristote est un pléonasme. Musil : « une vie parfaite rendrait l'art inutile » - « das vollkommene Leben wäre das Ende der Kunst » - se trompe également.
christianisme,défaite,erreur,goût,grandeur,nature,platitude,réalité,religion,vie

art
Il faut savoir tirer de bons corollaires du théorème de l'amorphisme de Musil : « Si nous essayons d'abstraire de nous-mêmes ce qui n'est que convention inhérente à l'époque, il reste quelque chose de tout à fait amorphe »** - « Versuchen wir von uns abzuziehen, was zeitbedingtes Convenu ist, so bleibt etwas ganz ungestaltetes ». L'une de ces conventions, prêtées au moi formé par l'époque, est sa basse soif de reconnaissance : « L'art est une recherche souffrante du moi avide de triomphe » - A.Suarès.
commencement,défaite,hommes,reconnaissance,soi,soif,souffrance,style

cité
La pire des fautes, qu'on reproche aux princes d'aujourd'hui, - perdre le contact avec la réalité ! Eux, qui pourtant vivent perpétuellement dans l'insipidité du réel - comme d'ailleurs d'autres goujats de moindre importance - sans aucune évasion vers le pays des rêves ! Ils connaissent si bien leur place, qu'ils redoutent toute u-topie, non-lieu. « On acquit la réalité et perdit le rêve »*** - Musil - « Man hat Wirklichkeit gewonnen und Traum verloren ».
bassesse,exil,hommes,platitude,réalité,rêve,soi

cité
On garde sans mal un ton tragique, tant qu'on n'est pas monté sur sa première barricade. Après, on sombre dans l'enflure du fait divers. Le combat cessa entre le style racinien et le style journalistique. Racine n'est plus en vogue ; le journaliste n'a plus de rivaux : « Le poète et le philosophe finiront par se mettre sur la voie journalistique » - Musil - « Der künftige Dichter und Philosoph wird über das Laufbrett der Journalistik kommen ».
lutte,modernité,philosophie,poésie,style,tragédie

musil r.
Ein Denker ist um so denkender desto er dichtender ist.

Plus le penseur poétise, plus il est penseur.
intelligence
La philosophie est un petit chapitre dans le livre de la poésie. Seuls les charlatans en logique, psychologie ou linguistique le nient.
langue,philosophie,poésie,raison

cioran é.
La mystique est une évasion hors de la connaissance, le scepticisme une connaissance sans espoir. Deux manières de dire que le monde n'est pas une solution.
intelligence
Avant la connaissance il y a l'intuition - le problème, avant l'intuition il y l'élan - le mystère. Deux manières à ne pas se désenvoûter faute de solutions. « La mystique n'est pas un secret, qui nous introduit dans un autre monde, elle est le secret de vivre autrement dans ce monde » - Musil - « Die Mystik ist kein Geheimnis, durch das wir in eine andere Welt eintreten ; sie ist das Geheimnis, in unserer Welt anders zu leben ».
élan,espérance,intensité,mystère,philosophie,pose,savoir,vie

ironie
Don philosophique : laisser de bonnes questions sans réponse ; don poétique : laisser de bonnes réponses sans question ; don logico-ironique : ne s'intéresser qu'aux questions contenant leurs propres réponses, comme une équation contient en elle-même ses solutions (à chacun ses domaines de valeurs, ses lemmes et ses interprètes). Et Musil : « Que tes réponses aient l'exigence du philosophe et l'art de poser les questions - du poète » - « Habe in den Antworten das Anspruchsvolle des Philosophen und die Fragestellung des Dichters » - commet une gaffe !
interprétation,mystère,philosophie,poésie,question,raison,représentation

ironie
Ce n'est ni la cervelle ni l'estomac que vise mon livre ; et je devrais me réjouir, que personne ne l'avale ni le soupèse, puisque « être indigestes, c'est ce qui assure l'immortalité des œuvres d'art » - Musil - « die Unsterblichkeit der Kunstwerke ist ihre Unverdaulichkeit ».
art,auteur,esprit,hommes

musil r.
Worte springen wie die Affen von Baum zu Baum, aber in dem dunklen Bereich, wo man wurzelt, entbehrt man ihrer freundlichen Vermittlung.

Les mots sautent, comme des singes, d'un arbre à l'autre, mais dans la région obscure, où poussent les racines, leur aimable concours nous manque.
mot
Celui qui, même déraciné, réussit à se débarrasser de singeries des branchages mécaniques se consacre à son propre arbre organique, à ses ombres, à ses fleurs, à sa sève, à ses inconnues. Et pour ses mots, l'appel du ciel compte plus que le poids des racines.
arbre,balance,voix

noblesse
Le rêve est ce qui, sans montrer de buts, fait sentir l’élan. Même vers l’inexistant. « Une utopie n’est pas un but, mais une direction » - Musil - « Eine Utopie ist aber kein Ziel, sondern eine Richtung ».
absurde,élan,flèche,rêve

noblesse
Une maxime doit exprimer l’élan vers l’inaccessible ; l’élan est plus près de l’immobilité des commencements que des distances parcourues. Donc, cette définition : « L’aphorisme n’est qu’un mouvement sans suite » - Musil - « Aphorismus – bloß Bewegung ohne Ergebnis » - est entièrement erronée.
commencement,élan,erreur,immobilité,inconnu,maxime,proximité

musil r.
Wenn man die Dinge nicht mit den Augen der Welt ansieht und sie schon im Blick hat, so leben sie wie die Sterne in der Nacht.

Si tu ne regardes pas les choses avec les yeux du monde, mais que ton regard les résume, elles vivent comme les étoiles dans la nuit.
noblesse
De jour, l'horizon et les choses appartiennent au monde ; la nuit, le firmament et l'étoile sont à moi. Même les yeux sont au monde, surtout quand je manque de mon propre regard. Mon regard, c'est mon don des ombres, et de leur intensité naissent des étoiles. L'homme sans regard est un homme sans dons, c'est à dire, sans qualités.
auteur,étoile,intensité,ombre,regard

musil r.
Diese beiden großen Lebenshälften des Gleichnisses und der Wahrheit.

Les deux grandes moitiés de la vie sont la métaphore et la vérité.
vérité
Chez l'homme, la frontière est dans l'espace : la métaphore se place vers le haut et la vérité s'installe dans le bas ; pour les hommes - dans le temps : la métaphore ne survit pas à l'enfance des hommes, qui, séniles, sombrent dans la vérité.
enfance,enthousiasme,frontière,hauteur,hommes,métaphore,réalité,temps

musil r.
Wollen, Wissen und Fühlen (das vermeintliche Ich) sind wie ein Knäuel verschlungen ; vielleicht kann man anders durch die Welt gehen als am Faden der Wahrheit.

Vouloir, savoir et sentir (le soi-disant soi) sont comme un écheveau inextricable ; le fil de la vérité n'est peut-être pas le seul à suivre, pour traverser le monde.
vérité
Le début et la fin de cet écheveau nous sont cachés ; nous recousons ce monde avec l'aiguille de nos connaissances, en suivant le fil de notre volonté et en nous acharnant sur les nœuds de nos désirs. Le réel est continu, et le rêve est discret, il n'offre pas de fil à suivre ; on traverse le monde par le bas, avec des pieds réels, ou par le haut, avec un regard imaginatif.
continuité,réalité,rêve,savoir,sentiment,soi,valoir,vie
Musil R.