Novalis F.
 
 
 

novalis f.
Poesie ist unter den Empfindungen - was Philosophie in Beziehung auf Gedanken ist.

La poésie est aux sentiments, ce que la philosophie est aux pensées.
amour
C'est-à-dire complètement inutile. En revanche, on ne s'élève au grade de pensée que par l'adoubement de la poésie, et le sentiment nous propulse au-dessus de l'animal par l'émoi d'un mystère philosophique. L'amour est la poésie de l'émotion crédule.
idée,mystère,philosophie,poésie,sentiment,utilité

tsvétaeva m.
Liebe lebt von Worten und stirbt an Thaten.

L'amour vit de mots et meurt d'actes.
amour
La pi√®tre litt√©rature - faire finir en mots et non pas en m√©lodie¬†; la pi√®tre vie - faire vivre d'actes et non pas de r√™ves¬†; la pi√®tre philosophie - agir, verbalement, au milieu des probl√®mes et ne pas √©couter le myst√®re lointain¬†: « La philosophie vit de probl√®mes, comme l'homme - de nourritures » - Novalis - « Die Philosophie lebt von Problemen, wie der Mensch - von Speisen » - la musique, le r√™ve, le myst√®re - les premi√®res victimes des soifs assouvies.
action,art,mort,mot,musique,mystère,philosophie,rêve,soif,vie

bien
Ni le culte de la force mentale, ni l‚Äôadh√©sion inconditionnelle √† la faiblesse sentimentale ne t‚Äôapprochent du Bien divin. Le pire, c‚Äôest leur fusion. « L‚Äôid√©al de la force est le sommet de la barbarie¬†; ses adeptes, il les trouve justement parmi des faiblards » - Novalis - « Das Ideal der St√§rke ist das Maximum des Barbaren ‚Äď und hat gerade unter den Schw√§chlingen Anh√§nger erhalten ». Le compromis¬†: vouer la force √† la cr√©ation, et la faiblesse ‚Äď aux r√™ves.
création,culture,dieu,force,rêve,sentiment

doute
L'ambition supr√™me de ma r√©flexion, face √† l'insondabilit√© et l'ineffabilit√© de mon moi¬†: √™tre une belle ombre d'une lumi√®re inaccessible, ombre projet√©e en hauteur. Je plains ces piteux connaisseurs ou ma√ģtres de leurs soi-m√™mes transcendantaux ou immanents, se vautrant dans leurs profondeurs viabilis√©es¬†: « L'objectif supr√™me de ton √©volution¬†: devenir ma√ģtre de ton soi transcendantal, √™tre le soi de ton soi » - Novalis - « Die h√∂chste Aufgabe der Bildung ist, sich seines transzendentalen Selbst zu bem√§chtigen, das Ich seines Ichs zu sein ». Quand je suis dans la forme, je ne peux √™tre que dans le nous dialogique, du c√īt√© des ombres.
auteur,hauteur,inconnu,ma√ģtrise,ombre,philosophie,religion,savoir,soi,style

doute
Ces deux efforts isol√©s¬†: ne voir dans la r√©alit√© que myst√®res, ou tenter d'accorder au myst√®re autant de poids qu'√† la r√©alit√©, - quand ils ne sont pas coordonn√©s, le d√©lire te guettera au tournant. « Le monde comme un r√™ve, le r√™ve comme un monde » - Novalis - « Die Welt wird Traum, der Traum wird Welt » - la t√Ęche du regard, les yeux ouverts, ou le travail de la hauteur, les yeux ferm√©s.
balance,folie,hauteur,mystère,ouvert,réalité,regard,rêve,vie

doute
Peu importe si je vise l'ext√©rieur ou l'int√©rieur, peu importe si je suis le chemin des pieds ou des yeux, ce qui compte, c'est la part du myst√®re qui accompagne mon regard, c'est ainsi que je corrigerais Novalis, nous invitant √† v√©n√©rer¬†: « le chemin myst√©rieux vers l'int√©rieur » - « den geheimnisvollen Weg nach innen ».
amour,auteur,chemin,mystère,regard,soi

doute
Le sage, contrairement au niais, ne sait que rarement ce qu'il cherche¬†: « On cherche l'absolu et ne trouve que le r√©solu » - Novalis - « Wir suchen √ľberall das Unbedingte und finden immer nur Dinge ». Par ailleurs, il ne cherche m√™me pas, ses trouvailles r√©sultent du d√©sir de donner de soi avec panache. Les autres prennent ce qu'ils trouvent.
élan,esprit,noblesse,philosophie,réalité,sacré,soi

novalis f.
Wir sind mit dem Unsichtbaren näher als mit dem Sichtbaren verbunden.

Nous sommes liés de plus près à l'invisible qu'au visible.
doute
L'invisible nous est fid√®le, le visible nous trahit. La mort est un opticien m√©connu. Ses lentilles corrigent promptement la myopie de l'homme ‚Äď l'infini apparaissant sous ses yeux, dans ses images, dans ses gestes.
action,inconnu,mort,regard,sacrifice

hommes
Signe d'√Ęge m√Ľr, l'immersion dans les moyens, l'ind√©termination des buts. La jeunesse actuelle est la plus m√Ľre, la plus vieille depuis deux mille ans¬†; elle ne demande que plus de moyens, pour rejoindre le plus vite possible ses crapules d'adultes. Jadis, les m√īmes marquaient du sceau d'infamie les buts des grands¬†; aujourd'hui, ce sont les vieux qui sont d√©go√Ľt√©s du cynisme des jeunes. Juventuti veritas¬†! - clament-ils, doctes, au lieu de veritati juventas¬†! La jeunesse, c'est la recherche de titres de noblesse¬†; aujourd'hui, ces vieillards pr√©coces « sont assez m√Ľrs, pour se passer de toute noblesse » - Novalis - « sie sind reif genug, den Adel zu entbehren ».
action,cŇďur,contrainte,enfance,noblesse,v√©rit√©

intelligence
Pour √©noncer quelque chose de sens√© sur un objet r√©el, deux choses sont n√©cessaires¬†: sa place (dans un mod√®le) et son nom (dans un discours), ce qui in√©vitablement cr√©e trois contextes irr√©ductibles¬†: la r√©alit√©, le mod√®le et le discours. Le monde n'est la repr√©sentation ET la volont√© (Maine de Biran, Novalis ou Schopenhauer) que pour ceux qui ma√ģtrisent ET la repr√©sentation conceptuelle ET la volont√© psycho-linguistique. La science et l'art sont des flagrants d√©s√©quilibres de cette triade.
art,concept,id√©e,intensit√©,ma√ģtrise,mot,ordre,r√©alit√©,repr√©sentation,science

intelligence
En dehors du savoir, on ne peut parler de l'√™tre que sous forme de pri√®res ou po√®mes, car l'√™tre ne nous est accessible que par le savoir. Le savoir est l'√™tre mod√©lis√©. Le philosophe dissertant sur l'√™tre, et qui ne serait ni pr√™tre ni po√®te - est en proie √† la logorrh√©e. « Prier est dans la religion ce que penser est dans la philosophie » - Novalis - « Beten ist in der Religion, was Denken in der Philosophie ist ».
être,platitude,philosophie,poésie,raison,religion,représentation,savoir

intelligence
La math√©matique externe aide √† conna√ģtre le prix et le bruit des choses, la math√©matique interne en apprend la valeur et la musique¬†: « Dans le nombre et dans la figure - le chant et la caresse » - Novalis - « Zahlen und Figuren singen und k√ľssen ».
axe,caresse,danse,musique,ou√Įe,science

intelligence
Tant d'admiration pour la math√©matique, chez ceux qui n'y comprennent goutte. Encenser la grammaire de la connaissance comme si elle √©tait la langue de la vie - quelle idiotie¬†! Qui fit maintes victimes¬†: « La vie sup√©rieure, c'est la math√©matique » - Novalis - « Das h√∂chste Leben ist Mathematik ». Regarder par l'autre bout de la lorgnette n'est pas plus fameux¬†: « la philosophie est l'alg√®bre de l'histoire » - Merleau-Ponty.
folie,histoire,ombre,philosophie,platitude,science,vie

novalis f.
Die Philosophie ist eigentlich Heimweh, ein Trieb, √ľberall zu Hause zu sein.

La philosophie est, au fond, une nostalgie, un besoin pulsionnel d'être partout chez soi.
intelligence
Le philosophe est celui qui n'accepte pas les valeurs des pi√®ces √©trang√®res¬†; en les r√©√©valuant, il cherche √† leur imprimer sa propre effigie. Red√©couvrir les modes d'√©change, partir du point z√©ro du regard, point commun des exil√©s et des philosophes. Voir dans l'√©mission plus de sens que dans la commission. Val√©ry, irrit√© par l'absence, en philosophie, de buts clairement formul√©s, ne comprit pas que la bonne philosophie est plut√īt la contrainte d'avant le premier pas que le but d'apr√®s le dernier, frein avant fin.
commencement,contrainte,exil,philosophie,regard,soi,universel

novalis f.
Jede Wissenschaft, Philosophie geworden, wird Poesie.

Toute science devient poésie, une fois devenue philosophie.
intelligence
Et toute philosophie perd sa po√©sie substantielle en aspirant √† devenir science formelle. La philosophie ‚Äď l'art de voir au-del√† des mots¬†; la po√©sie ‚Äď l'art de traduire le regard en mots.
élan,mot,philosophie,poésie,regard,science

novalis f.
Je reiner der Geist ist, desto heller, feuriger das Leben.

Plus pur est l'esprit, plus lumineuse et plus ardente sera la vie.
intelligence
L'esprit ne fait que choisir les mati√®res, dont se nourrit mon feu st√©nophage, les lumi√®res, que refl√©teront mes ombres, et le lieu, o√Ļ seront d√©pos√©es mes cendres. C'est l'esprit qui procure aliments et excitants, pour que mon feu int√©rieur soit pur et mes ombres ext√©rieures - puissantes. De la rencontre, impossible sur Terre, de la puret√© et de l'intensit√© na√ģt la hauteur¬†; sur Terre, on dit¬†: « Qu'y a-t-il au monde de plus contraire √† la puret√©¬†? La recherche de l'intensit√© » - S.Weil.
absurde,ange,cŇďur,d√©faite,√©l√©ments,esprit,force,hauteur,intensit√©,mati√®re,‚Ķ

noblesse
Les yeux, plus que les oreilles, nous font d√©couvrir la musique du monde¬†; son bruit, capt√© en surface par des oreilles muettes, fait geindre sur le silence du monde, mais filtr√© par des yeux, sourds √† la profondeur, il laisse entendre de hautes m√©lodies. « La conscience parfaite est un chant, une simple modulation des √©tats d'√Ęme »** - Novalis - « Das vollkommene Bewu√ütsein ist ein Gesang, blo√üe Modulation der Stimmungen ».
√Ęme,conscience,danse,filtre,hauteur,musique,ou√Įe,regard,silence

noblesse
L'√©toile doit √©clairer mon √Ęme et non pas le chemin. L'√©toile se donne au regard et non pas au cheminement ni m√™me aux coups d'ailes. Tout chemin m√®ne √† l'√©table (fourmili√®re, meute, troupeau, phalanst√®re). N'√©coute pas Novalis¬†: « Le chemin du myst√®re te conduit vers toi-m√™me » - « Nach innen geht der geheimnisvolle Weg », √† moins que je m'y assoupisse pour r√™ver¬†; √©coute Emerson¬†: « Attelle ton char √† une √©toile » - « Hitch your wagon to a star » et laisse P√©gase inventer le chemin m√™me. De nos jours, on laissa tomber l'√©toile, on accroche sa charrette aux millionnaires.
√Ęme,argent,chemin,√©toile,mouton,regard,r√™ve

novalis f.
Je mehr man lernt, nicht mehr in Augenblicken, sondern in Jahren zu leben, desto edler wird man.

Mieux tu apprends à vivre dans des années et non plus dans des instants, plus tu gagnes en noblesse.
noblesse
Tu te trompes de titre¬†! La noblesse est loin des plans de retraite. Plus vaste est mon unit√© de temps, plus loin je me mets par rapport √† l'√©ternit√©, qu'on n'effleure que lorsque le temps s'arr√™te et l'espace se met √† vibrer. Il semblerait que, pour que vibre le temps, l'inverse soit aussi juste¬†: « Clore un espace, c'est ouvrir le temps » - R.Debray - c'est √† dire ouvrir un nouveau rythme, un nouveau climat ou une nouvelle fraternit√©.
balance,climat,danse,éternité,fraternité,musique,temps

novalis f.
Das Denken ist nur ein Traum des erstorbenen F√ľhlens.

Le penser est seulement un rêve du sentir exsangue.
noblesse
Le sentir et le penser peuvent être soit un rêve des ombres, soit une veille de la lumière, et l'harmonie est dans leur juste altération. Le triste cas, qui menace notre temps, c'est un sentir qui se réduit à la veille du penser.
esprit,mélancolie,modernité,ombre,rêve

souffrance
C‚Äôest une soif affaiblie, et non pas un manque de fontaines, qui a besoin de consolation. Ce n‚Äôest pas l‚Äôesprit, creusant des gouffres, qui te rendra l‚Äôesp√©rance, mais l‚Äô√Ęme, d√©gageant ton √©toile des nuages qui l‚Äôoccultaient. « Dans la r√©flexion se trouve une source in√©puisable de consolations » - Novalis - « Nachdenken enth√§lt eine unendliche Quelle von Trost » - qui, rapidement, s‚Äôav√©reront insipides, tandis que la consolation est retour du go√Ľt de vie ou de r√™ve.
√Ęme,consolation,esp√©rance,esprit,√©toile,go√Ľt,r√™ve,soif,vie

joubert j.
Les poètes, en cherchant le beau, rencontrent plus de vérités, que les philosophes n'en trouvent en cherchant le vrai.
vérité
Les v√©rit√©s f√©condes naissent de l'intuition, et le po√®te la pr√©c√®de, en suivant l'inspiration¬†; quant au philosophe, c'est par inertie qu'il tombe sur des v√©rit√©s. Le po√®te ne cr√©e que le beau, le vrai s'y insinue parfois. Mais, en pla√ßant le vrai plus pr√®s de l'√Ęme que de l'esprit, il se dit, que « plus c'est po√©tique, plus c'est vrai » - Novalis - « je poetischer, desto wahrer ».
beauté,création,intensité,philosophie,poésie
Novalis F.